Peut-on se teindre les cheveux pendant la grossesse ?

Plusieurs personnes nous ont demandé si l’exposition aux produits qu’elles utilisent est nocive pour leur bébé à naître. Elles veulent également savoir si l’utilisation personnelle de produits capillaires est préoccupante quand on est enceinte. Pour vous aider, retour-de-couches.fr vous propose son guide : Peut-on se teindre les cheveux pendant la grossesse !

Puis-je teindre mes cheveux pendant ma grossesse ?

Les questions relatives aux traitements capillaires pendant la grossesse sont courantes. La plupart des traitements font appel à des produits chimiques et à des teintures, ce qui amène les femmes à se demander si elles sont sans danger.


Différents types de traitements capillaires sont inclus :

  • Coloration – Cela comprend les teintures permanentes, semi-permanentes et temporaires.
  • Permanente – Les ondes permanentes sont créées en utilisant deux solutions sur les cheveux. La première est une solution d’ondulation, et la seconde est une solution de neutralisation/fixation.
  • Blanchiment – Ce traitement utilise du peroxyde d’hydrogène.
  • Défrisants – Ils sont également connus sous le nom de permanentes. Ils contiennent soit de la lessive (hydroxyde de sodium), soit du no-lye (hydroxyde de potassium, de lithium ou de guanidine) qui sont utilisés pour défriser les cheveux de façon permanente.

Les teintures capillaires et les produits chimiques de traitement sont-ils sans danger pendant la grossesse ?

Bien qu’assez limitées, la plupart des recherches indiquent que les produits chimiques contenus dans les teintures semi-permanentes et permanentes ne sont pas très toxiques et peuvent être utilisés sans danger pendant la grossesse. En outre, seules de petites quantités de teinture pour cheveux peuvent être absorbées par la peau, laissant peu de choses qui pourraient atteindre le fœtus.


En tant que telle, cette petite quantité n’est pas considérée comme nocive pour le fœtus. Il en va de même pour l’allaitement. Bien qu’aucune donnée ne soit disponible sur les femmes recevant des traitements capillaires pendant l’allaitement, on sait que peu de produits chimiques seraient effectivement absorbés dans le sang. Il est donc peu probable qu’elles pénètrent dans le lait et présentent un risque pour le nourrisson.


Toutefois, si vous hésitez à utiliser des teintures capillaires ordinaires pendant la grossesse, il existe des alternatives plus sûres à envisager. Par exemple, le fait de mettre des mèches dans vos cheveux diminue tout risque, car la teinture n’est placée que sur les mèches de vos cheveux et ne touche pas le cuir chevelu.


Ainsi, la peau n’absorbe pas les produits chimiques dans la circulation sanguine. Une autre solution consiste à utiliser des teintures végétales pures, notamment du henné. Si l’utilisation de teintures capillaires pendant la grossesse vous inquiète toujours, vous pouvez en parler à votre médecin. Certains médecins recommandent d’attendre au moins jusqu’au deuxième ou troisième trimestre, voire après la grossesse, pour se teindre les cheveux.

Quelles précautions dois-je prendre lors du traitement chimique de mes cheveux ?

  • Pensez à attendre le deuxième trimestre pour traiter vos cheveux.
  • Assurez-vous que le traitement est effectué dans un endroit bien ventilé.
  • Ne laissez pas les produits chimiques sur vos cheveux plus longtemps que ce qui est indiqué dans les instructions.
  • Rincez soigneusement votre cuir chevelu à l’eau après le traitement.
  • Portez des gants lors de l’application du traitement. Suivez scrupuleusement les instructions figurant sur l’emballage.
  • Effectuez un test cutané pour détecter les réactions allergiques avant de terminer le traitement.
  • Ne jamais teindre ou blanchir les sourcils ou les cils. Cela pourrait provoquer un gonflement ou augmenter le risque d’infection dans la région des yeux.

Il faut également garder à l’esprit que la grossesse, en soi, peut naturellement modifier la texture des cheveux. La grossesse peut également entraîner une réaction différente des cheveux aux permanentes ou aux colorations. Si c’est le cas, vous voudrez peut-être attendre la fin de la grossesse pour traiter vos cheveux.

Que se passe-t-il si je travaille comme cosmétologue et que je suis enceinte ?

Pour les cosmétologues, les risques pendant la grossesse proviennent du degré d’exposition aux produits chimiques de traitement des cheveux, qui dépend du nombre d’heures travaillées, ainsi que des conditions de travail. Une étude indique un risque accru de fausse-couche chez les femmes qui appliquent un grand nombre de décolorations et de teintures capillaires permanentes, qui travaillent plus de 40 heures par semaine et/ou qui travaillent dans des salons offrant des services de sculpture des ongles.


De bonnes conditions de travail, comme le port de gants de protection, le fait de ne pas manger ni boire dans la zone de travail et de s’assurer que la zone de travail est bien ventilée, sont également importantes pour limiter l’exposition aux produits chimiques de traitement des cheveux.

Dans l’ensemble, les traitements capillaires sont généralement considérés comme sûrs pendant la grossesse. Toutefois, vous pouvez également envisager de vous faire faire des mèches ou d’utiliser des teintures végétales pures. Quoi qu’il en soit, votre option la plus sûre est d’attendre au moins jusqu’à la fin du premier trimestre, voire jusqu’à la fin de la grossesse.