Syndrome de stress post-traumatique du post-partum

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) du post-partum est une affection qui présente des symptômes similaires aux autres formes de SSPT. Lorsque les femmes subissent des traumatismes réels ou perçus avant, pendant ou après l’accouchement, il peut en résulter des symptômes chroniques et terrifiants. Le traitement précoce du SSPT post-partum est très efficace pour restaurer la qualité de vie de la mère et améliorer sa capacité à créer des liens avec son enfant. C’est pour ça que retour-de-couches.fr vous propose son guide : Syndrome de stress post-traumatique du post-partum !

Qu’est-ce que le SSPT post-partum ?

Le SSPT post-partum est un état de santé mentale qui touche les femmes après l’accouchement. Cette affection se développe à la suite d’une expérience traumatisante qui a eu lieu avant, pendant ou peu après la naissance. Cet incident traumatisant peut avoir été réel ou perçu. Dans les deux cas, il en résulte un problème de santé mentale chronique qui crée des symptômes d’anxiété ou de panique et fait vivre ses victimes dans un état constant de peur et de danger.

Comme d’autres formes de syndrome de stress post-traumatique, les femmes souffrant de SSPT post-partum souffrent souvent sous forme de flashbacks ou de souvenirs qui continuent à leur rappeler le traumatisme qu’elles ont vécu.

Bien que le SSPT post-partum soit un état distinct de la dépression, les deux ne s’excluent pas mutuellement. Le syndrome de stress post-traumatique post-partum et la dépression post-partum peuvent coexister dans le même cas, ce qui crée des difficultés supplémentaires en matière de diagnostic et de traitement.

Qui est atteint de SSPT post-partum ?

Le SSPT du post-partum est une maladie relativement peu connue, en partie parce que le SSPT est souvent associé aux soldats ou au personnel d’intervention d’urgence. Cependant, certaines études ont montré que plus de 30 % des femmes souffrent de certains symptômes de SSPT après l’accouchement. Ces études ont également montré qu’entre 3 et 7 % des femmes souffrent d’un véritable SSPT post-partum après l’accouchement. D’autres études ont placé le taux de PTSD post-partum à un niveau aussi élevé que 9 % chez les nouvelles mères.

Le syndrome de stress post-traumatique post-partum, comme de nombreux sous-types de dépression post-partum, peut être gravement sous-diagnostiqué. Le PTSD post-partum n’a été porté à l’attention des femmes en tant qu’affection grave que récemment, et de nombreuses nouvelles mères ne sont pas diagnostiquées en ce qui concerne les effets résiduels de leurs expériences traumatisantes.

Causes et facteurs de risque du SSPT post-partum

Le SSPT, en général, est causé par un ou plusieurs incidents traumatisants qui ont marqué l’esprit. Dans le cas du SSPT post-partum, l’incident traumatique qui déclenche ces symptômes concerne directement la grossesse, l’accouchement ou un autre événement lié à la naissance.

Voici quelques exemples d’expériences traumatisantes qui peuvent provoquer un SSPT post-partum :

  • Travail difficile, long et douloureux de l’enfant
  • L’utilisation de forceps ou de ventouse sur le bébé pendant l’accouchement
  • Devoir subir une césarienne d’urgence
  • Une menace ou une crise de santé pour la mère ou le bébé pendant la grossesse ou l’accouchement Prolapsus du cordon ombilical
  • Le bébé est placé dans une unité de soins intensifs néonatals (USIN)
  • Un manque de soutien ou de communication pendant l’accouchement qui provoque des sentiments de désespoir et de désespoir
  • Tout type d’état physique tel qu’une hémorragie post-partum, une hystérectomie, une prééclampsie ou une éclampsie, un traumatisme périnéal grave ou toute forme d’affection cardiaque

Ce ne sont là que quelques-uns des incidents traumatiques et des complications qui peuvent survenir lors de l’accouchement. Il peut y avoir d’autres événements qui peuvent également déclencher des symptômes de SSPT post-partum.

Facteurs de risque du SSPT post-partum

Ce n’est pas parce qu’une femme a subi un traumatisme pendant sa grossesse ou son accouchement qu’elle va nécessairement développer un SSPT post-partum. Il existe d’autres facteurs de risque qui rendent les femmes plus susceptibles de développer des symptômes de SSPT après avoir subi un accouchement traumatisant.

Voici quelques-uns des facteurs de risque potentiels du SSPT post-partum :

  • Des antécédents de traumatismes passés tels que viol, violence sexuelle ou accident
  • Antécédents de symptômes de SSPT résultant d’un traumatisme passé
  • Des antécédents d’anxiété ou de dépression

Si une femme se voit rappeler des menaces, de l’anxiété ou toute autre forme de détresse, cela peut déclencher des symptômes de SSPT et évoluer vers ce que l’on appelle le SSPT post-partum. Par conséquent, de simples souvenirs de traumatismes peuvent activer les symptômes du SSPT post-partum.

Symptômes du SSPT post-partum

Le SSPT post-partum présente un ensemble distinct de symptômes qui le distinguent de la dépression, de l’anxiété ou d’autres problèmes de santé mentale post-partum.

Voici les symptômes les plus courants du SSPT post-partum chez les nouvelles mères :

  • Revivre le traumatisme de manière répétitive, intrusive et incontrôlable
  • Souffrir de flashbacks, de cauchemars et/ou de souvenirs de traumatismes
  • Se souvenir du traumatisme par des événements déclencheurs éviter activement tout ce qui peut déclencher le traumatisme, comme des personnes ou des lieux spécifiques rester constamment sur le qui-vive, hypervigilant ou conscient des menaces et des dangers perçus
  • Réagir de manière exagérée à des menaces ou à des dangers perçus (par exemple, être excessivement surpris par des sons ou par le toucher)
  • Se sentir détaché ou déconnecté de la réalité et des gens
  • Souffrir de crises d’anxiété et de panique sans raison apparente
  • Difficulté à dormir, à se concentrer ou à se souvenir de certaines choses

Dans l’ensemble, les femmes souffrant d’un véritable SSPT post-partum auront l’impression d’être dans un état de détresse constant, ce qui active le mode “combat ou fuite” du cerveau. Cela provoque tous les symptômes physiques, mentaux, émotionnels et comportementaux mentionnés ci-dessus.

Les symptômes du SSPT post-partum doivent être temporaires et sont très faciles à traiter. Cependant, si un diagnostic n’est pas posé et qu’aucun traitement n’est recherché, le SSPT post-partum peut avoir des effets dévastateurs à long terme sur la santé mentale et personnelle. Les domaines les plus touchés sont les fonctions de la vie quotidienne et le maintien des relations personnelles.

Traitement du SSPT post-partum

Les symptômes du SSPT post-partum sont très faciles à traiter. De nombreuses femmes qui reçoivent un traitement pour leur traumatisme reprennent une vie normale et ne ressentent plus jamais de rappels ni de flashbacks de l’événement.

Il est important que les femmes reconnaissent leurs symptômes et se fassent soigner afin de pouvoir surmonter leurs craintes, réduire le niveau de détresse dans leur vie et s’assurer qu’elles se lient à leur enfant. Le traitement précoce du syndrome de stress post-partum empêche également cette affection de se manifester par d’autres moyens destructeurs tels que des troubles alimentaires, une dépendance, un comportement compulsif ou le suicide.

Les options de psychothérapie telles que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) sont des formes très efficaces de traitement du SSPT. Elles peuvent être menées par des psychiatres, des psychologues ou d’autres professionnels de la santé mentale.

Si vous souffrez de SSPT post-partum, il est important de demander l’avis d’un médecin ou d’un professionnel de la santé mentale dès que vous remarquez les signes et les symptômes.