Grossesse : qu’est ce que la phlébite enceinte ?

Lorsque vous découvrez que vous attendez un bébé, il y a tellement de choses que vous voulez généralement savoir : Ce que signifient les différentes étapes de la grossesse… comment votre bébé se développe… et comment votre corps va réagir à chaque étape alors qu’il se prépare à accoucher… Un risque minime mais possible pour votre corps pendant la grossesse – et jusqu’à six semaines après la naissance – est celui d’une veinotrombose, ou caillot sanguin.

En moyenne, une à deux femmes sur mille contracteront une thrombose veineuse pendant la grossesse ou juste après l’accouchement. Bien que peu de femmes soient concernées, une thrombose peut avoir des conséquences sur la santé, non seulement pendant la grossesse, mais aussi dans les années qui suivent. Par exemple, des problèmes tels que les varices sont plus fréquents après une athrombose, et la pilule contraceptive ne doit pas être utilisée si vous avez eu une thrombose. Pour vous aider, retour-de-couches.fr vous propose son guide grossesse : qu’est ce que la phlébite enceinte ?

Qu’est-ce que la thrombose ?

Un caillot sanguin dans une veine est appelé thrombose veineuse, et un exemple de cette maladie est la thrombose veineuse profonde (TVP), lorsqu’un caillot sanguin se produit dans une veine profonde, généralement dans la jambe. Chez une femme enceinte, la TVP se situe le plus souvent dans la jambe ou le bassin. Le corps dispose de systèmes naturels pour arrêter une coagulation excessive. Certaines personnes naissent avec une tendance à ce que ces systèmes ne fonctionnent pas correctement. Cela leur fait courir un risque accru de formation de caillots sanguins.

Les médecins appellent cela la thrombophilie. De nombreuses thromboses veineuses profondes chez les jeunes femmes pendant la grossesse sont le premier signe d’une thrombophilie sous-jacente. Il existe souvent des antécédents familiaux de thrombose, des membres de la famille comme la mère, le père, les tantes et les oncles ayant été touchés, et cela peut se transmettre de génération en génération. Si vous avez déjà eu un caillot ou s’il existe des antécédents familiaux de coagulation, on vous proposera peut-être une analyse de sang pour déterminer si vous êtes atteint de thrombophilie.

Pourquoi les risques de caillots sanguins sont-ils plus élevés pendant la grossesse ?

La thrombose peut toucher n’importe qui, mais le fait d’être enceinte augmente les risques de formation de caillots sanguins. Les médecins pensent que les modifications de la coagulation du sang ont pour but de réduire les saignements au moment d’un accouchement normal. Lorsque vous portez un bébé, la vitesse de circulation du sang dans vos veines, qui ramènent le sang de vos jambes au cœur, est considérablement réduite. Les médecins pensent que cela est dû à l’effet des hormones de grossesse sur les veines et aussi au fait que l’utérus grossit au fur et à mesure que la grossesse avance. La réduction de la circulation sanguine devient évidente à 16 semaines de grossesse et est à son plus bas niveau à l’approche du terme complet, lorsque votre corps se prépare à l’accouchement. Le flux sanguin ne revient à la normale que six semaines après l’accouchement.

Cette lenteur du flux sanguin dans les veines est la raison pour laquelle de nombreuses femmes enceintes présentent un gonflement des jambes, car c’est cette réduction du flux sanguin, combinée à une tendance accrue à la coagulation pendant la grossesse, qui peut entraîner la formation d’un caillot dans la jambe. De plus, au moment de l’accouchement, lorsque le bébé appuie sur les veines du bassin, des dommages mineurs peuvent être causés à ces veines, ce qui augmente le risque de formation d’un caillot jusqu’à six semaines après l’accouchement.

Quels sont les signes d’une thrombose veineuse – ou TVP ?

Les symptômes habituels d’une thrombose veineuse profonde sont une douleur, une sensibilité et un gonflement de la jambe, une décoloration possible de la jambe, de couleur bleu pâle ou violet rougeâtre. Si la thrombose se situe dans les veines de la cuisse (comme c’est le plus souvent le cas pendant la grossesse), toute la jambe peut être gonflée. Si vous présentez l’un de ces symptômes, informez immédiatement votre médecin, votre sage-femme ou votre obstétricien.

Que faire si je suis enceinte et que j’ai déjà eu une thrombose veineuse ?

Si vous avez déjà souffert d’une thrombose veineuse, votre risque d’en avoir une autre augmentera pendant et juste après la grossesse. Le risque est particulièrement élevé si aucune cause n’a été trouvée pour la thrombose, si vous avez eu plus d’un caillot ou si vous avez une thrombophilie. La plupart des médecins pensent que les femmes ayant déjà eu un caillot doivent être testées pour la thrombophilie, ce qui nécessite une simple analyse de sang. L’idéal serait de le faire avant de devenir enceinte.

Une fois enceinte, vous devez informer votre médecin généraliste, votre sage-femme ou votre obstétricien si vous avez eu une thrombose ou s’il y a des antécédents de thrombose dans votre famille. Si l’on considère que vous avez un risque élevé de thrombose pendant la grossesse, votre médecin peut vous recommander de recevoir des injections d’héparine de faible poids moléculaire pendant toute la grossesse et après l’accouchement. Vous pouvez également utiliser des bas de compression élastique graduée, car ils sont très efficaces pour prévenir la thrombose. Ils peuvent être utilisés seuls ou combinés avec des injections d’héparine. Lorsque le risque de thrombose est considéré comme très élevé, il est généralement recommandé de porter les bas pendant la prise d’héparine.

Y a-t-il d’autres femmes à risque de thrombose pendant la grossesse ?

Les femmes qui présentent plusieurs facteurs de risque de thrombose sont également à risque, même si elles n’ont jamais eu de caillot auparavant. Ce risque est particulièrement élevé après l’accouchement et surtout si l’accouchement se fait par césarienne. Les facteurs de risque de thrombose après une césarienne sont notamment les suivants

● l’âge de la mère est supérieur à 35 ans
● une mère en surpoids
● une césarienne pratiquée pendant l’accouchement
● l’immobilité pendant plusieurs jours avant la livraison, et
● conditions médicales telles qu’une infection ou une paraplégie.

Pour certaines mères présentant plusieurs facteurs de risque, un traitement de prévention de la thrombose peut être nécessaire après un accouchement vaginal ou même pendant la grossesse. Votre médecin peut vous conseiller sur la nécessité d’injections d’héparine après une césarienne. Une mobilisation buccale – se lever et se déplacer le plus rapidement possible après une césarienne – peut également réduire le risque de thrombose.